right-arrow-grey
Expertises santé

La rétention urinaire 

C’est l’impossibilité brutale et totale d’uriner ou l’impossibilité de vidanger correctement ou complètement sa vessie. 

La rétention urinaire est en règle générale prise en charge par le sondage urinaire qui va permettre la vidange vésicale.

Le sondage urinaire (ou sondage vésical) consiste à introduire une sonde à usage unique (tube creux) dans la vessie via les voies naturelles (à savoir : le méat urinaire puis l’urètre) afin de vider celle-ci de son contenu.

Le sondage intermittent est un geste propre mais non stérile à réaliser à heures régulières, en fonction du volume des boissons, de la capacité vésicale, des activités quotidiennes et de l’indication médicale.

Il peut être indiqué pour : 

  • vider la vessie et permettre l’écoulement des urines,
  • recueillir des urines dans le but de procéder à des analyses,
  • effectuer des instillations vésicales ou des lavages vésicaux,
  • dilater l’urètre en cas de sténose de celui-ci.

Le plus souvent pratiqué quand la vessie ne se vide plus ou pas correctement, le sondage intermittent permet à l’urine de s’écouler vers l’extérieur. Il sera utilisé le plus souvent dans les cas suivants :

dysfonctionnements de la vessie dus à des perturbations ou lésions du système nerveux (vessie dite « neurologique ») : 

  • lésion ou compression de la moelle épinière (paraplégie, tétraplégie…),
  • pathologies neurologiques (ex : Sclérose en plaque),
  • malformations congénitales avec atteinte neurologique (ex : Spina bifida…).

dysfonctionnements de la vessie de cause non neurologique ou obstruction intra vésicale avec miction incomplète : 

  • obstruction sous vésicale,
  • sténose urétrale (dilatation intermittente),
  • incontinence urinaire avec résidu post-mictionnel (regorgement),
  • rétention urinaire post-opératoire…

Afin d’assurer une vidange vésicale, il existe deux types de sondes; les sondes pour sondages intermittents ou les sondes à demeure aussi appelées sondes de Foley. Les sondes urinaires pour sondages intermittents se présentent comme des tuyaux en plastique ou en silicone dont une extrémité est arrondie et percée d’orifices (OEil de drainage) et l’autre évasée (Godet ou connecteur) pour l’écoulement de l’urine. Le connecteur ou Godet peut servir à raccorder la sonde à une poche à urine (collecteur urinaire).

Pour identifier facilement les sondes pour sondages intermittents, les connecteurs sont en général de couleurs standardisées. Ces couleurs correspondent au diamètre du corps de la sonde et sont internationales.

Il existe quatre types de sondes pour les sondages intermittents 

  • sondes auto-lubrifiées avec adjonction d’eau,
  • sondes pré-lubrifiées prêtes à l’emploi,
  • sondes avec gaine d’introduction limitant le risque de colonisation de l’urètre,
  • sondes sèches à lubrifier au moment du sondage.
 

Les sondes ont des longueurs qui peuvent varier selon les fabricants et les lignes de produits.

Longueurs de référence : 

  • enfants et adolescents : de 7 à 30 cm,
  • femmes : de 7 à 20 cm,
  • hommes : de 30 à 50 cm.


Diamètres ou Charrières de référence : 

La sélection de la charrière appropriée est la clé du succès du sondage. L’unité de mesure utilisée pour déterminer le diamètre extérieur de la sonde est la Charrière (Ch) ou French Gauge (FG).
Le choix du bon diamètre de sonde doit procurer au patient un certain confort et permettre d’avoir un débit suffisant.
Les sondes de diamètre important peuvent provoquer une irritation et des traumatismes urétraux.
Par conséquent, les sondes les plus petites qui répondent à ses deux critères doivent être choisies en premier lieu par les professionnels de santé.

Il n’existe pas d’études indiquant clairement le « bon » diamètre des sondes pour les adultes ou les enfants, mais dans la pratique on constate que certaines charrières sont en moyenne plus utilisées que d’autres en fonction du sexe et de l’âge du patient :

  • enfants et adolescents : Ch 6-8-10,
  • femmes : Ch 10-12-14,
  • hommes : Ch 12-14-16.

La référence de votre sonde permet d’identifier sa taille et son diamètre. Cette référence apparaît sur les boîtes de conditionnements.

Les Sets ou Kits de sondage permettent d’avoir la sonde directement pré-connectée à un collecteur d’urine. Ils sont utilisés soit lors des déplacements soit pour tout sondage qui nécessite un recueil des urines.

Les sondes des kits de sondage ont les mêmes spécificités de charrière, de longueur ou de lubrification que les sondes pour le sondage intermittent.

Pour réaliser l’auto-sondage, il est nécessaire d’avoir le matériel suivant : 

  • sonde ou set de sondage à usage unique pré-lubrifiée ou auto-lubrifiée,
  • si besoin, un collecteur à urine,
  • miroir, lampe et lingettes (facultatif),
  • sac poubelle ménager pour l’élimination des déchets.

Le sondage intermittent peut être pratiqué soit en position debout, assise aux toilettes, au fauteuil ou au lit en position demi assise.

Techniques communes de l’auto-sondage intermittent chez l’homme ou la femme :

  • se laver soigneusement les mains à l’eau et au savon et si impossibilité d’avoir un point d’eau, se désinfecter les mains avec une solution ou un gel hydro alcoolique,
  • préparer tout le matériel,
  • ouvrir l’emballage de la sonde ou du kit de sondage,
  • lubrifier si besoin,
  • disposer le tout à proximité,
  • si besoin, connecter la sonde à un sac collecteur d’urine,
  • trouver une bonne position.


Chez la femme : 

  • repérer bien le méat urinaire (s’aider si besoin d’un miroir),
  • écarter les lèvres avec l’index et le majeur (main gauche si vous êtes droitière et main droite si vous êtes gauchère),
  • prendre la sonde et l’introduire délicatement dans le méat urinaire,
  • si la sonde glisse dans le vagin par erreur, la jeter et recommencer une nouvelle fois,
  • les urines s’écoulent :
    • 1. dès que l’écoulement s’arrête, presser sur le bas ventre afin de vider complètement la vessie,
    • 2. retirer la sonde lentement en contrôlant l’écoulement d’urine,
    • 3. jeter la sonde dans une poubelle,
    • 4. se laver les mains.


Chez l’homme :

  • décalotter le gland,
  • maintenir le pénis verticalement (au zénith) pour faciliter le passage du sphincter,
  • prendre la sonde à son extrémité distale et l’introduire lentement,
  • dès qu’il y a une résistance, abaisser la verge et poursuivre le geste,
  • les urines s’écoulent :
    1. 1. dès que l’écoulement s’arrête, presser sur le bas ventre afin de vider complètement la vessie,
    2. 2. retirer la sonde lentement en contrôlant l’écoulement d’urine,
    3. 3. nettoyer et recalotter le gland,
    4. 4. jeter la sonde dans une poubelle,
    5. 5. se laver les mains.

Quelques conseils lorsque l’on se sonde 

Éviter l’infection urinaire par des règles et des soins d’hygiène élémentaires :

  • respecter la fréquence des sondages prescrits par votre médecin ou votre infirmier(ère),
  • boire normalement : l’apport hydrique doit être de 1.5 à 2 litres par jour (alimentation comprise) bien réparti sur la journée,
  • éviter la constipation en mangeant des aliments riches en fibres tels que les légumes, les fruits. Il n’y a pas de régime alimentaire particulier à suivre,
  • éviter de porter des vêtements trop serrés et privilégier des sous-vêtements en coton qui laissent passer la transpiration et limitent ainsi le développement des bactéries,
  • penser toujours à s’essuyer de l’avant vers l’arrière lorsque vous allez à la selle,
  • se laver les mains avec de l’eau et du savon avant toute manipulation.
    Lorsqu’il n’y a pas de point d’eau, vous pouvez utiliser une solution hydroalcoolique ou des lingettes pré-humidifiées pour vous laver les mains.


Pour les femmes:

Changer régulièrement vos protections ou vos tampons lorsque vous êtes en période de règles.

Un large panel de références produits

Retrouvez l’ensemble de nos produits & leurs caractéristiques.

Obtenir des informations

Nous mettons à votre disposition en téléchargement la documentation suivante