right-arrow-grey
Expertises santé

Les troubles de la continence fécale

Chaque personne est différente : certaines personnes vont à la selle tous les 2 ou 3 jours ; d’autres moins souvent, et d’autres y vont tous les jours.

L’important est d’aller régulièrement à la selle, que ce soit 3 fois par semaine ou tous les jours, que les selles ne soient ni trop dures ni trop molles, que le fait d’aller aux toilettes ne soit pas source d’inconfort, d’effort excessif ou de douleur.

Il existe deux troubles majeurs de la continence fécale : l’incontinence fécale et la constipation et il est important de rappeler qu’en cas de perte involontaire de selles, et/ou de constipation chronique, il ne faut pas souffrir en silence et il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin ou à tout autre professionnel de santé.

Il existe aujourd’hui des solutions adaptées ainsi que des traitements efficaces et de moins en moins invasifs pour la prise en charge des troubles de la continence fécale.

L’incontinence fécale se traduit par une fuite non contrôlée et persistante de matières fécales liquides ou solides en dehors d’un épisode de diarrhée aigüe.

La continence anale est une fonction complexe, assurée lorsque le transit intestinal est normal et que l’anneau musculaire de l’anus (sphincter anal) est en bon état. Il faut aussi que le rectum puisse faire son travail de stockage des selles par sa distension normale et que les nerfs et la commande nerveuse de la défécation soient efficients. 

L’incontinence fécale survient lors de la détérioration, transitoire ou chronique, d’un ou plusieurs de ces éléments.

Il existe trois formes d’incontinence fécale :

  • l’incontinence active :
    La personne a la sensation du remplissage du rectum et peut ressentir le besoin d’aller à la selle mais elle doit se précipiter vers les toilettes et arrive parfois trop tard,
  • l’incontinence passive :
    L’envie d’aller aux toilettes ne se manifeste pas ou bien le message n’est pas enregistré par le cerveau. En d’autres termes, la personne n’a pas conscience que le rectum est plein et qu’il est prêt à se vider ; les selles sont expulsées à son insu,
  • l’incontinence par regorgement : 
    Elle résulte d’une obstruction dans le côlon causée par la constipation. Les selles s’accumulent et peuvent partiellement devenir liquides à cause des bactéries présentes. Seules les selles liquides peuvent passer. Il s’ensuit des fuites car les selles liquides sont difficiles à contrôler.


Plus de trois millions de personnes sont confrontées à des troubles fécaux persistants. Certaines personnes pensent que l’incontinence est une fatalité de l’accouchement ou du vieillissement et que lorsqu’elle vous frappe, il ne reste plus qu’à « vivre avec », mais contrairement aux idées reçues, l’incontinence fécale ne touche pas uniquement la femme âgée. Elle touche hommes et femmes de tous âges. 

Les incontinences fécales peuvent être causées par plusieurs facteurs tels que :

  • cancers,
  • traumatismes chirurgicaux, traumatismes du périnée,
  • pathologies neurologiques (AVC (accident vasculaire cérébral,), sclérose en plaques…),
  • malformations congénitales,
  • traumatismes médullaires,
  • affection abdominale inflammatoire, Syndrome du côlon irritable,
  • troubles du transit chroniques.


Les traumatismes du périnée (plancher du petit bassin) :
Ils sont, chez la femme, liés essentiellement à la grossesse et à l’accouchement par la voie naturelle. La grossesse peut affaiblir les muscles du plancher pelvien et l’accouchement peut les étirer, les fragiliser ou parfois même provoquer une déchirure ; il peut également léser les nerfs du petit bassin.

Une épisiotomie ou un accouchement avec forceps peuvent provoquer des effets secondaires, des lésions musculaires qui parfois ne se révèlent que bien des années plus tard, au moment de la ménopause par exemple.

L’incontinence est fréquente en post-partum (après l’accouchement) et ne doit jamais être négligée. Un bilan périnéal complet s’impose au moindre doute et quand les signes perdurent au-delà de 6 mois.

  • Les troubles neurologiques :
    Ils sont une cause fréquente, avec la progression des maladies neurologiques qui altèrent lentement les neurones (Diabète, Sclérose en plaques, Maladie de Parkinson …) et l’augmentation des traumatismes de la moelle épinière (Paraplégie, Tétraplégie…) qui provoquent des lésions neurologiques brutales…
  • Les malformations congénitales :
    Certaines personnes peuvent présenter un certain degré d’incontinence à cause de problèmes structurels du côlon, des muscles ou des nerfs liés à une malformation.
  • Les traumatismes chirurgicaux :
    Les interventions chirurgicales dans la région pelvienne, le rectum et l’anus, notamment pour une fistule, des hémorroïdes ou des abcès, peuvent parfois entrainer des lésions réduisant l’élasticité du côlon et du rectum et donc leur capacité, ce qui engendre alors une incontinence fécale

La constipation se traduit par une difficulté à vider correctement et régulièrement ses intestins. Elle peut être passagère ou persistante (chronique). La constipation peut être causée par de mauvaises habitudes alimentaires, par un mode de vie trop sédentaire ou par une pathologie (troubles neurologiques, malformation congénitale, traumatismes chirurgicaux…).

Elle peut aussi apparaître avec le vieillissement et l’inactivité.

Par ailleurs, lorsque le côlon est obstrué, les efforts de poussée pour tenter de le vider peuvent blesser les muscles périnéaux ainsi que le canal anal et provoquer au fil du temps des lésions responsables de l’apparition d’une incontinence fécale.

  • Boire au moins 1.5L d’eau par jour : une bonne hydratation est essentielle pour prévenir la constipation. 
  • Bien s’alimenter. La consistance des selles est importante pour la continence ; personne ne peut retenir des selles trop liquides. Si les selles sont diarrhéiques, réduire la consommation de fibres (céréales au son de blé, pain complet, légumes, fruits et légumineuses) et les réintroduire progressivement par la suite, si à contrario elles sont trop dures ou déshydratées, augmenter la consommation de fibres ainsi que l’apport hydrique journalier. 
  • Les pommes, les fraises, les pruneaux et les dattes évitent aussi la constipation en régulant le transit.
  • Diminuer la consommation de caféine. Le café, le thé, les Colas, le chocolat et les épices peuvent causer du prurit (démangeaisons) dans la région anale. Le grattage risque alors de provoquer de petites lésions qui pourraient s’infecter et entraîner une diminution de la sensibilité de l’anus. Sentant moins venir les selles, l’appareil sphinctérien se contracte plus difficilement et l’incontinence s’installe progressivement. 
  • Ne pas rester trop longtemps aux toilettes. Rester longtemps assis sur les toilettes fait descendre et étire les muscles du plancher pelvien, entraînant leur affaiblissement à long terme. En outre, cela risque de provoquer une congestion veineuse, qui fait ressortir les hémorroïdes. Aussi faut-il s’abstenir de lire aux toilettes. 
  • Limiter les laxatifs car certains d’entre eux peuvent provoquer des contractions intestinales qui, sur un intestin bloqué, augmentent la douleur sans pour autant faire évacuer les selles.


Les troubles de la continence fécale peuvent dans certains cas et uniquement après accord d’un médecin, être pris en charge par l’irrigation transanale effectuée avec le dispositif Peristeen Plus®. 

Ce système d’irrigation colique permet la prévention de la constipation et de l’incontinence fécale.

Il peut être utilisé de manière autonome par les personnes souffrant de troubles colo-rectaux d’origine neurologique (blessés médullaires, Spina bifida, sclérose en plaques…).

Sur prescription médicale et après une période d’apprentissage individualisé en milieu hospitalier, l’irrigation transanale consiste à introduire de l’eau tiède dans le côlon, à l’aide d’une sonde rectale à ballonnet qui permet de maintenir la sonde en place dans le rectum et ainsi de libérer les mains. Il assure également l’étanchéité lors de la procédure d’irrigation.

L’eau remonte dans le gros intestin, déclenchant ainsi un mouvement en masse de l’intestin grêle et entrainant l’évacuation des matières fécales.

L’irrigation transanale pourra être effectuée (selon la prescription médicale) tous les 2 ou 3 jours. 

Le Peristeen Plus® est uniquement délivré sur prescription médicale. Vous pouvez nous contacter pour connaitre les modalités de prise en charge.

Les protections absorbantes type protections anatomiques, culottes ou changes complets font aussi partie des dispositifs médicaux indiqués dans la prise en charge des fuites fécales. Tous sont utilisables pour les enfants et les adultes des deux sexes.

  • Les protections anatomiques : spécialement conçues pour les fuites urinaires légères et modérées.
  • Les sous-vêtements absorbants : conçus pour des incontinences légères à fortes.
  • Les changes complets conviennent aux fuites urinaires modérées à très fortes avec ou sans incontinence fécale associée.

 
Afin de déterminer la protection absorbante la mieux adaptée, il conviendra de tenir compte de quelques paramètres; importance des fuites, sexe du patient, activité et autonomie de celui-ci.

Un large panel de références produits

Retrouvez l’ensemble de nos produits & leurs caractéristiques.