S - T

S

Sclérose en plaque ou SEP

Maladie neurologique auto-immune chronique du système nerveux central liée à une démyélinisation des fibres nerveuses du cerveau, de la moelle épinière et du nerf optique. Au niveau microscopique, le système nerveux central est composé de cellules qui véhiculent l’influx nerveux, appelées neurones, avec un corps cellulaire et un prolongement nommé axone. Les axones, qui ont pour but de véhiculer l’influx nerveux, sont entourés d’une gaine protectrice blanchâtre que l’on appelle la myéline. Les causes de la SEP restent inconnues.

Sondage

Acte qui consiste à mettre une sonde percée de « trous» (Œils) dans la vessie pour la vider de son contenu. 

Sondage intermittent

Acte qui consiste à insérer un tuyau dans la vessie pour vider l'urine, et à retirer ce tuyau immédiatement après la fin de la vidange. Cet acte se pratique à intervalles réguliers ou programmés.

Sondage intermittent aseptique

Sondage pratiqué après une toilette intime à l'eau et au savon (ou avec un antiseptique), la sonde restant stérile jusqu'à son insertion dans l'urètre.

Sondage intermittent propre

Pour ce type de sondage, les parties génitales sont lavées à l'eau et au savon. On utilise des sondes jetables stériles avec ou sans contact direct avec les mains.

Sondage intermittent stérile

Cette procédure complètement stérile nécessite l'utilisation de gants et de masque stériles.

Sonde urétérale

Sonde d’une charrière 5 à 12 utilisée pour drainer un uretère.

Sonde vésicale

Tuyau fin percé d’œils qui passe dans la vessie au travers de l’urètre pour permettre à l’urine de s’écouler vers l’extérieur.

Spasticité musculaire

La spasticité est un phénomène musculaire qui définit une tendance d'un muscle à être contracté.
La spasticité musculaire est une tension exagérée qui concerne un muscle en l'absence de contraction volontaire.Elle est d'origine neuromusculaire, soit à cause d'un problème nerveux touchant les neurones moteurs des muscles à commande volontaire, soit un problème au niveau du passage d'information entre le nerf et le muscle. Lors de la mobilisation passive d'un membre, la résistance musculaire augmente et celui-ci revient à sa position d'origine lorsqu'on arrête la mobilisation. On la rencontre notamment dans certaines pathologies comme dans les formes évoluées de la sclérose en plaque ou dans le cadre de séquelles d'accident vasculaire cérébral. 

Sphincter

Muscle circulaire situé autour d’un conduit naturel (tube digestif,  vessie, etc.) qui permet par sa contraction de fermer totalement ou partiellement un orifice ou un conduit du corps. Pour exemple, l’anus comporte deux sphincters (un interne et un externe) qui contrôlent la sortie des  selles, et la vessie, un sphincter qui joue le même rôle pour la miction. La commande des sphincters peut être volontaire ou automatique.

Spina bifida

Malformation congénitale de la colonne vertébrale, caractérisée par une anomalie de fermeture postérieure du canal rachidien, le plus souvent au niveau lombo-sacré.

Sténose

Rétrécissement pathologique, congénital ou acquis, du calibre d’un organe, d'un canal ou d’un vaisseau.

Stomathérapeute ou entéro-stomathérapeute (E.T)

Infirmier (ère) spécialement formé(e) à la prise en charge des personnes stomisées.

Stomathérapie

Maitrise des connaissances techniques, éducatives et relationnelles permettant au patient stomisé de retrouver son autonomie après son intervention et de reprendre une vie personnelle, familiale, sociale et professionnelle aussi normale que possible.

Stomie

Une stomie (du grec Stoma qui signifie « bouche ») est l’abouchement chirurgical d’un organe creux, à la peau. Elle est réalisée lorsque les selles ou les urines ne peuvent plus être éliminées par les voix naturelles. Dès lors, on rencontrera des stomies digestives (entérostomies) et des stomies urinaires (urostomies). Elles peuvent être temporaires ou définitives. La stomie sera localisée différemment suivant la partie de l'organe à dériver. Toutes les stomies ne sont pas de la même taille, ni de la même forme ce qui impliquera que l'appareillage soit adapté au cas par cas.

Syndrome de la queue de cheval

Compression nerveuse dans la partie inférieure (en dessous de la deuxième vertèbre lombaire) de la colonne vertébrale. Il en résulte une diminution de la force musculaire des membres inférieurs, des troubles génito-sphinctériens (perte du besoin ou incontinence, etc.), des douleurs.

T

Trigone

Nom donné à la région triangulaire de la muqueuse vésicale, d'aspect uni et lisse, comprise entre les deux orifices urétéraux et le col vésical. 

Tétraplégie

Paralysie des quatre membres causée généralement par une lésion de la moelle épinière, presque toujours accompagnée de troubles vésico-sphinctériens. La motricité des membres supérieurs étant contrôlée par les niveaux C5 à T1 (5e racine nerveuse cervicale à la 1re racine nerveuse thoracique), une tétraplégie est habituellement causée par une lésion cervicale. Une tétraplégie peut être complète (absence totale de sensibilité et de motricité en dessous de la lésion) ou incomplète (persistance d'une sensibilité ou d'une motricité volontaire en dessous de la lésion, en particulier dans le secteur périnéal).