Informations

En tant que spécialiste reconnu de l’urologie et de la stomathérapie, notre volonté est de vous donner accès à une information médicale de qualité et d’assurer un relais avec vos infirmier(e)s et médecins pour un suivi personnalisé.
C’est dans ce but, que nous vous proposons ici des informations accessibles à tous, sur les principales pathologies rencontrées dans le domaine de l'incontinence fécale.
Vous y trouverez des conseils, des précisions sur les soins et les produits, ainsi qu’un lexique des principaux termes médicaux utilisés.
Toutes ces informations ne sont là que pour vous aider à répondre à certaines de vos interrogations. Elles ne peuvent en aucun cas se substituer à vos consultations chez le médecin.

Généralités 

Chaque personne est différente : certaines personnes vont à la selle tous les 2 ou 3 jours ; d'autres moins souvent, et d'autres y vont tous les jours.

 

L'important est d’aller régulièrement à la selle, que ce soit 3 fois par semaine ou tous les jours, que les selles ne soient ni trop dures ni trop molles, que le fait d'aller aux toilettes ne soit pas source d'inconfort, d'effort excessif ou de douleur.

 

L'incontinence fécale se traduit par une fuite non contrôlée et persistante de matières fécales liquides ou solides en dehors d’un épisode de diarrhée aigüe.


La continence anale est une fonction complexe, assurée lorsque le transit intestinal est normal et que l’anneau musculaire de l’anus (sphincter anal) est en bon état. Il faut aussi que le rectum puisse faire son travail de stockage des selles par sa distension normale et que les nerfs et la commande nerveuse de la défécation soient efficients. L’incontinence fécale survient lors de la détérioration, transitoire ou chronique, d’un ou plusieurs de ces éléments.

Il existe trois formes d’incontinence fécale :

L'incontinence active :

La personne a la sensation du remplissage du rectum et peut ressentir le besoin d'aller à la selle mais elle doit se précipiter vers les toilettes et arrive parfois trop tard.

L'incontinence passive : 

L'envie d'aller aux toilettes ne se manifeste pas ou bien le message n'est pas enregistré par le cerveau. En d'autres termes, la personne n'a pas conscience que le rectum est plein et qu'il est prêt à se vider ; les selles sont expulsées à son insu.

L'incontinence par regorgement : 

Elle résulte d'une obstruction dans le côlon causée par la constipation. Les selles s'accumulent et peuvent partiellement devenir liquides à cause des bactéries présentes. Seules les selles liquides peuvent passer. Il s'ensuit des fuites car les selles liquides sont difficiles à contrôler.

 

Plus de trois millions de personnes sont confrontées à des troubles fécaux persistants. Certaines personnes pensent que l’incontinence est une fatalité de l’accouchement ou du vieillissement et que lorsqu’elle vous frappe, il ne reste plus qu’à « vivre avec », mais contrairement aux idées reçues, l'incontinence fécale ne touche pas uniquement la femme âgée. Elle touche hommes et femmes de tous âges. 

Les incontinences fécales peuvent être causées par plusieurs facteurs tels que :

  • Cancers
  • Traumatismes chirurgicaux, traumatismes du périnée
  • Pathologies neurologiques (AVC (accident vasculaire cérébral,), sclérose en plaques...)
  • Malformations congénitales
  • Traumatismes médullaires
  • Affection abdominale inflammatoire, Syndrome du côlon irritable
  • Troubles du transit chroniques

Les troubles du transit chroniques (constipation et/ou diarrhée):

Ils entraînent des modifications des réflexes neuromusculaires digestifs et de la défécation.

La constipation peut être causée par de mauvaises habitudes alimentaires, par un mode de vie trop sédentaire ou par une pathologie.

Lorsque le côlon est obstrué, les efforts de poussée pour tenter de le vider peuvent blesser les muscles périnéaux ainsi que le canal anal et provoquer au fil du temps des lésions responsables de l'apparition d'une incontinence fécale.

Les traumatismes chirurgicaux:

Les interventions chirurgicales dans la région pelvienne, le rectum et l'anus, notamment pour une fistule, des hémorroïdes ou des abcès, peuvent parfois entrainer des lésions réduisant l'élasticité du côlon et du rectum et donc leur capacité, ce qui engendre alors une incontinence fécale

 

Les traumatismes du périnée (plancher du petit bassin):

Ils sont, chez la femme, liés essentiellement à la grossesse et à l’accouchement par la voie naturelle.

La grossesse peut affaiblir les muscles du plancher pelvien et l'accouchement peut les étirer, les fragiliser ou parfois même provoquer une déchirure ; il peut également léser les nerfs du petit bassin.

 

Une épisiotomie ou un accouchement avec forceps peuvent provoquer des effets secondaires, des lésions musculaires qui parfois ne se révèlent que bien des années plus tard, au moment de la ménopause par exemple.

L’incontinence est fréquente en post-partum (après l’accouchement) et ne doit jamais être négligée. Un bilan périnéal complet s’impose au moindre doute et quand les signes perdurent au-delà de 6 mois.

Les troubles neurologiques:

Ils sont une cause fréquente, avec la progression des maladies neurologiques qui altèrent lentement les neurones (Diabète, Sclérose en plaques, Maladie de Parkinson …) et l’augmentation des traumatismes de la moelle épinière (Paraplégie, Tétraplégie…) qui provoquent des lésions neurologiques brutales…

Les malformations congénitales:

Certaines personnes peuvent présenter un certain degré d'incontinence à cause de problèmes structurels du côlon, des muscles ou des nerfs liés à une malformation.